Adishatz à Messanges,

Coquet village gascon de 975 habitants, Messanges possède un patrimoine naturel exceptionnel : 3400 ha de pinèdes bordés par 5 km de plage de sable blanc. Vous serez séduit par son côté à la fois « champêtre et balnéaire ». Sentiers pédestres et pistes cyclables vous invitent à la découverte de la forêt et des étangs paisibles, tout un espace de calme et de détente. La plage, avec deux postes de surveillance, assure en toute sécurité la pratique des sports nautiques : baignades et surf.

MESSANGES « un océan de nature » pour un séjour vivifiant dans un environnement authentique. M.C.Mangou

L’histoire de Messanges

La première mention écrite de Messanges date de 1242, époque à laquelle l’Aquitaine était sous la tutelle de l’Angleterre. Possession des Seigneurs d’Albret, la baronie du Marensin dont faisait partie Messanges comptait treize paroisses traversées par le « Camin Roumiou » (chemin des romains) emprunté ensuite par les pèlerins de Saint-Jacques.

Au cours du XIVème siècle, un cataclysme naturel va déplacer l’embouchure de l’Adour qui se trouvait alors à Capbreton : une forte tempête obstrue la sortie du fleuve et de grosses crues en  amont transforment  celui-ci en torrent, les eaux sont poussées vers le nord et trouvent un passage vers la mer au lieu-dit le Plecq, un quartier de Messanges, où se déversaient deux ruisseaux tranquilles. Le paisible étang de Moïsan reste le témoin de ce qui fut autrefois une rade pour les bateaux.

Aux XVème et XVIème siècles, Messanges va vivre une période de prospérité liée à l’activité de ce port naturel.

Cet essor prend fin en 1578 date du détournement de l’Adour vers Bayonne par Gaston de Foix. Messanges n’est plus un port, le Plecq devient Port d’Albret puis Vieux Boucau. En moins de 100 ans la population passe de 4 000 personnes à 657 puis à 450 en 1758.

Le village retrouve sa vocation rurale, sylvicole, en même temps que la culture de la vigne ; cette vigne apportée au Moyen-Age (dit-on) par des moines bourguignons. Le vin de sable aujourd’hui encore cultivé était fort apprécié jusqu’à la cour d’Angleterre.

Le déclin de la commune se poursuit jusqu’à l’âge d’or du pin, au XIXème siècle, qui voit un regain d’activité lié au commerce de la résine.

Il faudra attendre les années 1960-1970 pour que le tourisme donne à Messanges un nouvel essor.

M.C. Mangou

L’histoire de Messanges

Rédigée et illustrée par Marie-Claire Mangou en 1998 elle évoque la destinée singulière du territoire de la commune. E Document téléchargeable

plage de Messanges